Manuscrit relié
Conseils

Comment envoyer son manuscrit à un éditeur ?

Ça y est, vous avez mis le point final au bout de votre chef d’oeuvre. L’excitation est à son comble. Prochaine étape : préparer le manuscrit à être jugé par le comité de lecture d’une maison d’édition.

Relire et faire relire son manuscrit

Tout le monde vous le dit, « Relis bien avant d’envoyer quoi que ce soit ! ».

Vous pouvez être calé en orthographe et en grammaire, avoir un style irréprochable ou croire fièrement que vous n’avez pas besoin de relecture supplémentaire.

Ça a souvent été mon cas, je négligeais cette étape par certitude d’un texte sans faille (sur la forme bien sûr). Et si, dans mon cas, ce ne sont pas nécessairement les fautes qu’il faut traquer, il s’agit plutôt d’incohérences au niveau du sens, de mots manquants ou de répétitions. Tous ces détails que l’on ne voit pas forcément quand on a le nez dans son texte. C’est encore plus difficile à déceler lorsque l’on n’a pas de relecteur de confiance ou que l’on fait sa relecture juste après avoir terminé l’écriture en elle-même.

Mon conseil, si vous n’avez pas envie de prêter votre manuscrit à une autre paire d’yeux, est de le laisser reposer quelques jours avant de vous adonner à un vrai travail de relecture.

Il faudra alors vous détacher de l’écrivain que vous êtes pour prendre un regard extérieur, étranger au texte, mettre suffisamment de distance afin d’être critique sur le texte, comme si vous lisiez le livre d’un autre auteur. Lire à voix haute peut aider à se rendre compte des erreurs dans son texte.

En ce qui concerne l’orthographe, vous pouvez là aussi demander à quelqu’un qui ne fait pas de faute, ou utiliser un correcteur orthographique, soit celui intégré à Word ou OpenOffice par exemple, soit Antidote (payant). Gardez tout de même en tête que ces outils détectent la plupart des fautes mais restent des robots et peuvent donc passer à côté de certaines règles de la langue française.

Protéger son manuscrit

Une fois que votre manuscrit est tout beau tout propre, protégez-le contre le plagiat :

  • soit en vous l’adressant à vous-même en recommandé avec AR (sans l’ouvrir bien sûr). Il est aussi possible de se l’envoyer par mail, mais personnellement je n’ai pas tellement confiance en cas de litige ;
  • soit en le déposant sur un site comme copyrightdepot.com (12,25 €, sans limite de temps) – j’ai choisi cette option pour ma part.
  • soit en l’envoyant à la Société des Gens De Lettres (45 €, pour 4 ans) ;
  • soit en le déposant chez un huissier ou un notaire (environ 150 €, valable toute votre vie, et seule preuve irréfutable de la paternité d’un texte).

Choisir une maison d’édition

Cette étape peut intervenir aussi bien avant l’écriture de son manuscrit, si l’on veut absolument entrer dans telle ou telle maison, ou après.

Dans les deux cas, il faut restreindre sa liste grâce à un certain nombre de critères :

  • l’intérêt que vous portez à la maison d’édition : vous aimez son catalogue, ses auteurs, sa politique, ses valeurs ?
  • la ligne éditoriale : quels genres publie-t-elle ? La meilleure manière de savoir si votre manuscrit pourrait avoir sa place chez un éditeur est de lire quelques œuvres phares du catalogue.
  • la taille de la maison : combien de parutions annuelles ? Si vous n’avez jamais été édité, il peut être judicieux de viser des maisons de petite envergure plutôt que des Gallimard ou Flammarion. Alors certes, ces maisons publient plus, mais elles reçoivent également bien plus de manuscrits. Aussi, certaines maisons d’édition sont spécialisées dans la découverte de nouveaux auteurs (éditions Diagonale par exemple). Cependant, rien n’est impossible et tenter sa chance auprès des « grands » est loin d’être interdit !

L’erreur est d’envoyer son manuscrit à de nombreuses maisons d’édition, sans les connaître vraiment.

Le choix de la maison d’édition détermine aussi, dans un second temps, la façon dont vous allez mettre en page (et envoyer) votre manuscrit. En effet, certaines maisons ont des exigences en termes de police de caractère, d’interlignes, de marges ; elles les répertorient généralement dans leur rubrique Contact ou Envoyer son manuscrit. Enfin, de rares maisons autorisent l’envoi par mail, mais cela reste exceptionnel. Il vous faudra plutôt faire relier le manuscrit (chez Bureau Vallée par exemple, vous en aurez pour quelques euros seulement).

L’an dernier, j’ai sélectionné trois maisons d’édition pour leur envoyer un roman (mon premier achevé) : Buchet Chastel, Héloïse d’Ormesson et le Diable Vauvert. Seules les éditions HO m’ont répondu (négativement) – j’avais joint une enveloppe de retour en prime – me disant que le manuscrit ne correspondait pas à leur ligne éditoriale. Bon, je croyais !

Rédiger sa lettre d’intention

De la même manière que l’on joint une lettre de motivation lorsque l’on postule à un emploi, la lettre d’intention vient présenter le manuscrit. Feuille volante posée sur le tapuscrit relié, elle ne doit pas excéder une page : elle sert surtout à vous contextualiser, à dresser une fiche d’identité rapide de l’oeuvre qui suit. Vous y indiquez vos coordonnées détaillées (email, numéro de téléphone, adresse postale), le destinataire (si vous avez un nom, c’est encore mieux), la date et l’objet.

Après ces formalités, quelques paragraphes sont essentiels :

  • le titre de votre manuscrit et le genre auquel il appartient (et éventuellement les thèmes qu’il aborde) ;
  • quelques lignes pour justifier l’envoi à cette maison d’édition et pas une autre ;
  • des remerciements et formalités de clôture.

Certains y ajoutent un extrait de leur texte, pourquoi pas ; je ne l’ai jamais fait pour ma part, je ne sais pas si c’est vraiment le rôle de cette lettre. N’hésitez pas à indiquer en commentaire vos propres méthodes pour la rédaction de vos lettres d’intention !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.