Fourmi sur une feuille
Créations

[Poésie] A Pigalle tu m’as souri

A Pigalle, ayant marché

Cette soirée,

D’amour je me fus vêtue,

Quand le moment fut venu.

Loin de nous l’ardent étau

De l’étreinte briseuse d’os.

Et là, créer une bobine

Que je chéris et satine,

Un infini fil doré

De ces années à tresser

Jusqu’à ce que tu m’ensorcelles.

« Je t’aimerai, te dis-je, tel

Que tu t’offriras, glacial,

Passionné ou tinctorial. »

La Franchise est nébuleuse ;

C’est là qualité ou défaut.

« Que dirais-tu d’aller au chaud ?

Lanças-tu, la voix pulpeuse.

– Nuit et jour, n’importe quand,

Je te suis, ne m’en déplaise.

– Jour et nuit ? j’en suis fort aise.

Eh bien, vivons à présent. »


Adapté librement de la Cigale et la Fourmi, de Jean de La Fontaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.