Créations

[Poésie] Le Mou et la Gnôle

La boisson la plus forte est toujours la meilleure ;
Nous l’allons lamper tout à l’heure.
Un poivrot se désaltérait
Dans l’espoir de se mettre une biture.
Un Mou tirait un joint qui cherchait aventure,
Et que l’instinct en ces lieux attirait.
« Eh, que ne partagerais-tu point ton breuvage ?
Dit ce drogué ivre de rage :
Coquin, tu seras châtié d’un bon coup de pied.
-Siffle ! suggère la Gnôle, Que ma papauté
Ne te mette pas la misère ;
Voilà qu’en toi elle réitère
Sa course folle, et titubant
Tu fais le paon.
Plus de larmes, te poussent des ailes
Qui pitoyablement éloignent les garçons ;
Peu importe, vive la boisson !
-Tu me troubles l’esprit, reprit le jouvencel,
Et je sais qu’en deux mois j’en ai pris plus qu’assez.
-Comment aurais-tu fait si l’on ne m’inventait ?
Il reprit la Gnôle, la tête encore amère.
-Si je ne bois, je désespère.
-Ne t’en fais point. – diantre, je ne vois plus rien :
Car ils ne m’épargnent guère,
Rhum, vin, crème de raisin.
On me l’a dit : c’est l’heure des vendanges. »
Là-dessus, au fond des troquets,
Le Mou s’enlise dans sa fange,
Sans autre forme de procès.

Adapté librement de Le Loup et l’Agneau, de Jean de la Fontaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.